Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Parc Estienne d'Orves à Nice

par DIRPA 1 Septembre 2008, 10:00 LE BIEN VIEILLIR


L’inauguration du Parc Estienne d’Orves à Nice

                     
« Mens
sana in corpore sano”


Je remercie Guy Muller de bien vouloir m’accorder une rubrique dans le domaine délaissé du bien vieillir des personnes âgées. Ne résidant à Nice que six mois par an, j’ai le privilège de pouvoir comparer, la qualité de la vie offerte aux retraités avec d’autres lieux. La majorité des seniors est en bonne santé et compte rester en cet état le plus longtemps possible. Dans ces conditions la Défense des Intérêts des Retraités et Personnes Agées (DIRPA) ne saurait être cantonnée aux seuls aspects revendicatifs (Intersyndicale) ou centrés sur les problèmes des personnes âgées (Coderpa).

 

Pour vivre longtemps, il faut trouver des motifs de joie et de distraction, pour la majorité des retraités qui ne se retrouvent pas dans la vision générée par les thèmes mêmes des articles et des dossiers publiés. Les personnes âgées communiquent, sortent, voyagent, lisent, participent à des spectacles. Elles sont des citoyens ordinaires avec les besoins culturels et sportifs qui vont avec. Au final, bien des personnes considérées comme vieilles, le sont bien moins que bien des jeunes confinés de plus en plus dans un dialogue homme-machine.

Aussi j’approuve vivement les efforts de Jérôme Pellissier qui, dans ses livres et sur son site, réprouve totalement tout étiquetage et tout âge « limite » à partir duquel nous deviendrions des vieux. La jeunesse et la vieillesse sont un état dans lequel l’esprit, le dynamisme et la vitalité sont inégalement répartis. Cependant, pour éviter d’être étiqueté, mieux vaut s’insérer dans la vie au quotidien  d’une cité.

Chacune de mes interventions consistera à vous permettre d’ouvrir les yeux sur des richesses que vous n’appréciez toujours pas à leur juste valeur. Expositions, lectures, cinéma, concerts, conférences, promenades à pied feront donc l’objet de rubriques qui s’insèreront dans le fil d’une chronologie laissée au choix du teneur du site. Si j’ai répondu à son appel, c’est que j’ai une grande considération pour son travail réalisé jusqu'à présent sur plusieurs sites internet. La lourdeur extrême des appareils de défense des intérêts des retraités m’a conduit à penser qu’un retraité doit d’abord compter sur lui-même. Il n’y a que lui qui puisse continuer une construction qui lui donne sens, espoir et vie.

 

L’inauguration du Parc d’Estienne d’Orves

A été réalisée  le 28 juin par Monsieur Estrosi et quelques personnalités. Je ne vous infligerai pas de nouvelles photos et commentaires officiels largement repris par le quotidien Nice Matin. Un sommet dans l’art de la flagornerie pour un article intitulé « le bonheur est dans le parc ».  

Non il s’agit pour un groupe de seniors d’évaluer la qualité des prestations offertes, après une inauguration. C’est le point de vue final de l’utilisateur qui doit être pris en compte.





La préservation d’un site situé au cœur de la ville est à mettre au crédit du Conseil Général, car la ville en déplaçant ses constructions à l’Ouest, déplace aussi son centre. Sur quinze hectares, une colline abrite une magnifique oliveraie, dont la circonférence des troncs atteste plusieurs siècles d’antériorité. A ce sujet il est à noter que la notion d’âge donne une valeur très différente à l’arbre et à l’homme. L’âge valorisant dans un cas ce qu’il dévalorise dans le second cas ! Au fur et à mesure de notre ascension, nous avons été subjugués par les vues sur la ville de Nice. L’observatoire, le port, Cimiez dominent le paysage. En contrebas on observe l’église russe, le quartier Thiers avec sa gare, puis les quartiers Nord de la ville. Ces diverses vues sont encadrées par les ramures des arbres qui forment une palette de tableaux successifs aux couleurs changeantes. Mais après le terrain de jeux pour enfants situé à l’entrée du parc, la pente devient rude. Elle exigerait quelques bancs à mi-parcours afin d’offrir un repos sous la voûte ombragée des arbres. En poursuivant notre cheminement, nous atteignons la villa Bellevue, si bien nommée. La décrépitude de la maison, les glycines qui l’étreignent, lui donnent un aspect très romantique. Les peintres devront se presser pour figer cet instant d’immobilité dans le temps, avant un ravalement qui s’avère malheureusement indispensable.




Au sommet de la colline, des terrasses sont occupées par des bancs bienvenus et trois tables pour les pique-niques éventuels. Le chant des oiseaux et des cigales nous accompagne sur une vaste plate-forme dégagée et entourée de  végétaux odorants.

De nombreux sentiers parcourent le parc qui était assez vide de promeneurs le jour de notre visite. Nous supposons que le footing se pratique sur les sentiers tôt le matin ou tard le soir.

 

Ce parc présente un goût d’inachevé

Outre le triste état de la villa Bellevue, le chemin d’accès a été tracé à la serpe en témoignent les moignons d’arbres taillés pour élargir le chemin. Ce chemin en terre battue s’avère dommageable aux chaussures de toute nature. Un léger gravillonnage d’impose.

 

Mais quand ce magnifique parc aura-t-il une âme ? Comme de nombreuses autres initiatives publiques, ce parc semble actuellement méconnu et très peu hospitalier. L’absence de points d’eau, de fleurs, de parcours santé donne une impression de viduité, d’inorganisation. Les familles peu nombreuses qui le fréquentent doivent pour leurs enfants et petits-enfants transporter le nécessaire avec un sac à dos idoïne. Elles poussent péniblement les landeaux tout au long d’une interminable montée.

Bref, ce parc idyllique, n’a pas eu de destination d’affectation privilégiée et manque d’un centre d’activités. Cette absence de réflexion préalable ne doit pas être un obstacle définitif. Il suffirait de s'inspirer du Parc du Pian à Menton qui n'a pas oublié certains équipements sanitaires indispensables.
Il y a le temps de l’inauguration, puis le temps de la réflexion avec qui ? Comité de quartier ? Non ce projet étant départemental il convient d’élargir une consultation auprès des représentants des seniors : syndicats, Coderpa, gérontonlogues, etc..





Un grand vide à meubler rapidement !!


On ressent presque la griffe d’énarques qui pensent en projets électoraux en se  moquant complètement de la suite à donner à un projet. Compter sur des cerveaux surmultipliés s’avère être un excellent calcul qui débouche sur une impasse. Car ces cerveaux là ne seront pas les utilisateurs finaux du Parc.

 

Un ou des jardins de seniors financés par le Conseil Général

 Et c’est alors que me sont revenus les divers travaux, initiatives, dossiers d’informations, audiences conduites par la DIRPA en faveur des jardins de seniors. Au fond peu importe où ils seront implantés ! Quelle sera la première municipalité à encourager une pratique qui s’étend dans de nombreuses communes toutes situées au Nord de la France ? Puteau, Malakoff, Nanterre ont réalisé de jardins de seniors alors qu’aucune municipalité du Sud n’a essayé au moins une expérience dans ce domaine.

http://mullercoderpa06.over-blog.com/article-18363695.html

http://mullercoderpa06.over-blog.com/article-15643197.html

http://mullercoderpa06.over-blog.com/article-6701086.html

 A parc minimaliste, mouvements minimalistes !!

Or au Sud nos conditions climatiques seraient infiniment plus favorables à l’implantation d’appareils de fitness en plein air. Le gain apporté en durée de vie par un exercice quotidien (entre 15 et 20 minutes) d’un sport doux est indéniable. De nombreuses facultés ont établi des comparatifs qui éloignent la grégarisation et le confinement des personnes âgées. L’exercice d’un sport au grand air mêlant plusieurs générations serait une activité équilibrante par rapport aux activités cybernétiques inaugurées précédemment.
http://mullercoderpa06.over-blog.com/article-21494375.html

Comme il y a un temps pour la jeunesse et un autre pour la vieillesse ; il devrait exister un équilibre entre les activités de l’esprit et celles du corps. A force de jouer sur Internet des vies multiples on devient l’otage d’une vie vécue par procuration. Pourtant nous n’avons qu’une seule vie et qu’un seul corps à protéger.

Au bas du parc : immédiatement la construction d’un jardin d’évolution a été décidée pour les enfants qui bénéficient déjà de nombreuses aires d’évolution dans des jardins de proximité. Ils peuvent utiliser les infrastructures scolaires et les jardins d’enfants nombreux sur une aire géographique qui s’étend du Piol au square St Etienne.

Les seniors qui représentent 32% de la population n’ont eux droit à rien. En effet alors qu’ils avaient un cyber-espace à eux dédiés au 16 rue d’Italie, ils en ont été dépossédés. Nous nous retrouvons dans un schéma entièrement balisé ou les seniors sont pensés en univers clos de maisons de retraite ou de clubs de type Bel âge gérés par les CCAS.

Nous disons énergiquement au Conseil Général, à la CANCA, au maire de la ville, au député du département que l'image des vieux résulte d’un formatage idéologique. Ils ne se reconnaisent pas dans cette projection factice.


François Duplessis

 

 


Note du teneur de site. Je ne pense pas qu’il faille imputer à un homme politique les actes de ses prédécesseurs. Le maire de Nice hérite d’une situation et de projets déjà finalisés. Il faut aussi tenir compte de l’imputation à lui faite d’un travail de fonctionnaires municipaux qui pensent et agissent en lieu et place des décideurs. Le politique doit redresser la barre à certains moments, s’il le veut et s’il le peut (N.S.).

Dans certains cas le travail des équipes municipales et régionales s’avère excellent, en témoignent les « Guide du senior » et « Boucles à Nice ».

Sur cette dernière publication de l’ancienne municipalité, François Duplessis m’a fait parvenir un dossier remarquable sur la richesse immobilière de certains quartiers. De même la rénovation du Musée Masséna qu’il a déjà visité donne une excellente idée de la qualité des travaux de rénovation et de la valeur des collections. A voir aussi la superbe roseraie sur le côté est du jardin ! Enfin François s’apprête à visiter Nice en tram sur le parcours des Arts (tous les vendredis à 19 heures pour 8 euros).

 

Un conseil à nos lecteurs qui sont de plus en plus nombreux à venir sur notre site. Ne manquez pas l’exposition VAN DONGEN à Monaco. Si j’avais apprécié certaines œuvres  au Musée des Beaux Arts de Nice (Musée Chéret) il était impossible de connaître l’évolution dans le temps de cet artiste. La présence de 200 tableaux offre l’occasion de comprendre les liens qui existaient entre les deux affichistes : Chéret et Van Dongen. De la caricature à la réclame devenue publicité, il n’y avait qu’un pas à franchir, mais le fauviste va très loin en matière de couleurs et ambiances. Dire que son père le destinait à être brasseur et qu’il a fugué dès 12 ans pour trouver sa destinée : Montmartre et Montparnasse !!


Guy Muller 

  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires
S


Madame, Monsieur,


Le parc Estienne d'orves est et doit le rester un lieu authentique ; il n'a pas besoin de se faire lifter ou de faire un régime c'est ce qui fait aujourd'hui son caractère unique et authentique.
Pour les amateurs de beauté surfaites et entretenues le chateau est plus adaptée et dispose de ce qu'il faut en matière sanitaire .


Cordialement et sincèrement.



Répondre

Haut de page