Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'état des soins palliatifs dans les Alpes Maritimes

par CODERPA 06 1 Octobre 2007, 17:55 LES SOINS PALLIATIFS

 

PREMIERE COMMISSION

 

Les SOINS PALLIATIFS

 

A la suite de la présentation qui s’est déroulée le 12 Juillet 2007, avec le Dr CASINI, responsable de l’EMSP Cannes Grasse Antibes, et la responsable de JALMAV, ce compte rendu a été élaboré en partenariat avec les intervenants, afin de définir les problématiques et de fixer des objectifs d’évolution.

 

 

 

REFLEXION ET ETAT DES LIEUX SUR LES SOINS PALLIATIFS

 

DANS LE DEPARTEMENT

 

 

1 – Définition et éthique :

 

Les soins palliatifs sont des soins actifs dans une approche globale de la personne atteinte d’une maladie grave, évolutive ou terminale. Leur objectif est de soulager les douleurs physiques ainsi que les autres symptômes et de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle.

Les soins palliatifs et l’accompagnement sont interdisciplinaires. Ils s’adressent au malade en tant que personne, à sa famille et à ses proches, à domicile ou en institution.

La formation et le soutien des soignants et des bénévoles font partie de cette démarche.

Au niveau éthique, les soins palliatifs et l’accompagnement considèrent le malade comme un être vivant et la mort comme un processus naturel. Ceux qui dispensent des soins palliatifs cherchent à éviter les investigations et les traitements déraisonnables (communément appelés acharnement thérapeutique). Ils se refusent à provoquer intentionnellement la mort. Ils s’efforcent de préserver la meilleure qualité de vie possible jusqu’au décès et proposent un soutien aux proches en deuil.

Ils s’emploient par leur pratique clinique, leur enseignement et leurs travaux de recherche, à ce que ces principes puissent être appliqués.

 

2 – Principes généraux :

Ils sont au nombre de 4 :

 

-         libre choix du malade : ce principe fondamental repose sur une information appropriée du malade et de sa famille.

 

-         Proximité : privilégier les liens familiaux ou familiers impose un « maillage » structurel dans chaque secteur sanitaire, qu’il s’agisse de mise en place de lits d’hospitalisation ou d’équipes mobiles en établissements de soins.

 

-         Continuité de prise en charge et organisation en réseaux : le relais entre les structures hospitalières et le secteur ambulatoire, garant de la continuité des soins au patient, même lorsque son état nécessite un changement de lieu de soins.

 

-         Qualité des prises en charge : la spécificité des soins palliatifs qui associe des actes techniques et un accompagnement du malade mais aussi de son entourage, nécessite le recours à une équipe multidisciplinaire, coordonnée, motivée et formée.

 

3 – Charte des droits et des libertés de la personne âgée dépendante (art. 11 – respect de la fin de vie :

 -         soins et assistance doivent être procurés à la personne âgée en fin de vie et à sa famille. Le refus de l’acharnement ne signifie pas un abandon des soins, mais doit, au contraire se traduire par un accompagnement qui veille à combattre efficacement toute douleur physique et à prendre en charge la douleur morale.

 

-         Que la mort ait lieu au domicile, à l’hôpital ou en institution, le personnel doit être formé aux aspects techniques et relationnels de l’accompagnement des personnes âgées et de leur famille avant et après le décès.

 

4 – Textes législatifs et recommandations :

(seule une partie de ces textes, qui nous est apparue parmi les plus importants pour les personnes âgées, a été reprise ici).

 

-         groupe de travail SFAP (société française de soins palliatifs) et SFGG (société française de gériatrie et de gérontologie), visant à favoriser :

 

·        le développement des connaissances cliniques, psychologiques et éthiques outil de formation

 

·        la réflexion autour des pratiques professionnelles

 

·        la constitution d’un éventuel « front commun » cohérent face aux questions de politique de santé concernant la gériatrie et les soins palliatifs.

 

-         plan d’amélioration de la prise en charge de la douleur 2006-2010

 

·        amélioration de la prise en charge des personnes les plus vulnérables (enfants, personnes âgées et en fin de vie)

 

·        formation

 

-         schéma régional d’organisation sanitaire soins palliatifs PACA 2006-2011

 

·        identification dans les EHPAD d’une équipe référente (IDE/AS) au sein de l’équipe soignante, en lien avec le médecin coordonnateur.

 

-         loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie (loi Léonetti)

 

·        développer les soins palliatifs en établissements médico-sociaux

 

·        inscrire un volet soins palliatifs dans le projet d’établissement

 

·        mettre en œuvre un plan de formation aux soins palliatifs.

 

5 – Etat des lieux :

La fin de vie :

 

-         528 763 décès en France (source ORS 2000)

 

-         90 % des décès surviennent après 60 ans

 

-         50 % après 80 ans

 

-         25 % après 87 ans

 

-         La mort concerne essentiellement les personnes âgées

 

-         La mort des proches survient dans le cours de la vieillesse (entre 60 et 80 ans)

 

-         Une augmentation du nombre de décès chaque année (700 000 en 2050)

 

Le lieu :

 

-         70 % des plus de 75 ans meurent en institution

 

-         47 % en hôpital public

 

-         9 % en clinique

 

-         14 % en maison de retraite

 

-         Diminution du pourcentage de décès à domicile (33 % en 1980, et 27 % en 1994).

 

6 – L’existant en soins palliatifs spécialisés : (département des AM)

 

-         une USP (unité soins palliatifs) à l’Archet (unité hospitalière spécialisée )

 

-         2 EMSP (équipes mobiles soins palliatifs en intra hospitalier et extra hospitalier) intervenant à la demande des équipes soignantes – services hospitaliers, EHPAD, autres structures…

 

·        Nice et est du département

 

·        Cannes Grasse Antibes et ouest du département (activité 2006 de l’EMSP : 575 prises en charge, 2351 consultations, 213 heures de formation, et 1798 personnes formées)

 

-         des lits identifiés dans les hôpitaux – quelques lits dans certains services, justifiant de moyens plus importants dans la prise en charge du patient.

 

-         des HAD qui prennent en charge des patients à domicile

 

-         un réseau départemental (RESOP 06), chargé de coordonner les soins à domicile, avec l’équipe de soignants du patient. (activité 2006 : 181 demandes, dont 123 inclusions totales de patients, 61 % se situant sur le secteur ouest).

 

7 – Gériatrie et soins palliatifs :

Une proximité dans les deux démarches :

 

-         la philosophie de soins

 

-         une approche globale de la personne soignée

 

-         la qualité de vie avant tout

 

-         le respect des choix du patient

 

-         l’accompagnement

 

-         la pluridisciplinarité.

 

8 – Les lieux de prise en charge :

Ils doivent être multiples : le domicile, les urgences, les institutions, les établissements médico-sociaux….

 

Il y a une nécessité de mettre en contact les différents partenaires, de développer des outils de communication, de connaître les projets des différents acteurs et de partager les outils. Ce devrait être le rôle des équipes mobiles et des réseaux, qui doivent servir d’interface entre les acteurs sanitaires et sociaux.

 

Aujourd’hui, la complexité est grande, car il peut y avoir superposition entre réseaux gérontologiques, soins palliatifs, oncologique… Il y a un réel besoin de réfléchir à la typologie des patients pris en charge, et de créer des liens, avec des procédures formalisées entre les différents acteurs.

 

 

 

OBJECTIFS

 

-         Développer et diffuser la démarche palliative et la culture de l’accompagnement à l’ensemble des professionnels de santé.

 

-         En raison de l’augmentation croissante du nombre de personnes âgées (+ 25 % en 2020, + 50 % en 2040), renforcer la compétence de tous les professionnels amenés à prendre en charge ces patients, afin de garantir la même qualité de vie et de fin de vie à tous les citoyens.

 

-         Créer une deuxième USP pour couvrir l’ensemble du département (1 secteur est et un secteur ouest)

 

-         Développer l’ouverture de lits identifiés dans les établissements

 

-         Renforcer les moyens des EMSP pour favoriser le développement de liens intra et extra hospitalier.

 

-         Développer les formations aux soins palliatifs dans les EHPAD avec les outils appropriés (qualité de la prise en charge soins  palliatifs, douleur, bientraitance) MOBIQUAL

 

-         Développer la coordination de proximité pour la prise en charge en ville (réseau et/ou EMSP)

 

LES ATTENTES

 

Intervention auprès des tutelles et auprès de la présidente de la Conférence de Territoire (Mme Héricord) afin de faciliter le développement de ces objectifs dans la perspective d’une meilleure prise en charge des patients et de leur entourage.

 

Dr Isabelle CASINI                                            Paulette PONS

 

Responsable EMSP Grasse                                   Présidente 1ère commission

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page