Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Enquête à la Maison de retraite Pauliani

par CODERPA 06 8 Mai 2007, 09:39 MAISONS DE RETRAITE

Première Commission  

 

Enquête à l'EHPAD PAULIANI de Nice

 

Le 18 avril 2007, Mme PONS Paulette et M. MARMONTELLI Jean-Pierre, membres du Bureau du CODERPA des Alpes-Maritimes, ont été reçus par le Docteur BOURGEOIS, médecin coordonnateur de la Fondation Pauliani à Nice.

La résidence Pauliani est un EHPAD de statut privé à but non lucratif. Offrant une capacité de 170 lits, elle est actuellement en travaux d’extension qui porteront la capacité totale à 214 lits. Tarif journalier : 55 €.

Dans un premier temps, Mme PONS présente au Dr BOURGEOIS le CODERPA des Alpes-Maritimes et explique le sens de notre visite. Le CODERPA qui dépend désormais du Conseil Général constitue un lieu de dialogue, d’information et de réflexion participant à l’élaboration et à l’application de mesures de toutes natures concernant les personnes âgées en concertation avec les professionnels et les principaux organismes chargés de mettre en œuvre ces mesures. Notre visite s’inscrit dans cette démarche en apportant à la réflexion une meilleure connaissance du terrain.

Parmi les problèmes rencontrés, le Dr BOURGEOIS insiste sur :

-         le besoin en personnels, en particulier d’aides soignant(e)s, formés c’est-à-dire, au delà de la formation purement technique, préparés au public auquel ils ou elles seront confronté(e)s ,personnel qu’il faudrait faire tourner afin d’éviter le cloisonnement et le découragement ;

-         l’absence d’infirmière de nuit ;

-         le manque de communication entre les différentes catégories de personnels ;

-         les relations parfois difficiles entre le médecin coordonnateur et les médecins libéraux ;

-         la formation insuffisante, sinon inexistante, des médecins traitants à la gérontologie ;

-         les relations insuffisantes avec l’hôpital qui devrait pouvoir se déplacer dans les grosses structures (plateformes mobiles assez souples) ;

-         le manque de chambres indépendantes qui a comme conséquence de voir cohabiter dans la même chambre double des cas lourds et incompatibles ce qui peut constituer une forme de maltraitance ;

-         le traitement insuffisant de la douleur et de la fin de vie ;

-         des certificats d’admission souvent incomplets, surtout pour les fins de vie issus de l’hôpital ;

-         les emplois du temps trop chargés des médecins coordonnateurs dont, par ailleurs, la rémunération est dérisoire ;

Si les Conventions tripartites ont amené une amélioration certaine sur le plan qualitatif en permettant une meilleure prise en charge des pensionnaires, les procédures cependant sont lourdes surtout depuis la mise en place de l’outil PATHOS. Et non sans conséquences sur les tarifs journaliers  qui restent hors de portée de nombre de personnes âgées, en particuliers les femmes seules . Ce qui n’empêche pas les listes d’attente de s’allonger de plus en plus .

Le Dr BOURGEOIS regrette le flou concernant l’attribution des dotations. Leur montant est déterminé en fonction du GMP calculé au moment de la signature de la Convention. Malheureusement , quand le GMP augmente, la dotation, bien souvent, ne suit pas.

 

Madame PONS répond aux préoccupations du Dr BOURGEOIS en lui apportant un certain nombre d’informations.

Concernant la coordination des différents intervenants dans la prise en charge des personnes âgées, elle explique le fonctionnement du réseau Gérontologique de Cannes – Grasse dont elle est à l’origine. Validé par le Conseil Général et destiné aux médecins généralistes, il devrait permettre une meilleure coordination des personnels et une meilleure aide aux familles . Après élaboration d’un profil du patient, un plan de soins adaptés pourrait être élaboré.

Pour ce qui est de la formation des personnels, Madame PONS cite le cas d’une infirmière qui organise des formations dans le cadre des accueils de jour Alzheimer.

Face aux difficultés de prise en charge des fins de vie, Mme PONS propose au Dr BOURGEOIS de se faire aider par le réseau RESOP 06 (contacter Mme FERNANDEZ, infirmière) ou le Dr CIAIS de l’équipe mobile de soins palliatifs, bureaux au MIN).

 

Pour terminer, le Dr BOURGEOIS souhaiterait que l’on puisse mieux préparer l’entrée en maison de retraite (courts séjours ?).

Elle constate qu’en matière de projets de vie et d’animation, on a fait de gros progrès, mais que l’on partait de loin.

Elle signale la présence d’associations de bénévoles très actives qui rendent visite aux pensionnaires ne recevant plus leur famille (ce qui est assez marginal à la Fondation Pauliani ).

Paulette Pons

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page