Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vers la stabilisation des personnes âgées dépendantes

par DIRPA 16 Juin 2009, 19:23 EDITORIAL

Conférence du 15 juin 2009 au Conseil Général des Alpes Maritimes :

Vers une stabilisation du nombre de personnes âgées dépendantes d’ici 2020

 

C’est Eric Ciotti, le président du Conseil Général, qui ouvrait cette conférence commune avec l’INSEE. Il donnait d’emblée des chiffres sur l’effort consenti par le Conseil Général en faveur des seniors âgés, principalement via l’APA à domicile et en institution. C’est à plus de 165 millions d’euros que se chiffre la dépense départementale. Les perspectives délivrées par l’enquête sont donc un soulagement pour les finances départementales.

Avec le vieillissement de la population, les problèmes de dépendance des personnes âgées constituent une préoccupation croissante des acteurs publics. En raison du poids de sa population âgée et de son fort attrait résidentiel, le département des Alpes-Maritimes est tout particulièrement  concerné. Le Conseil général des Alpes-Maritimes a souhaité ainsi réaliser avec l’Insee une étude sur les personnes âgées dépendantes, qui vient compléter le recensement des besoins du département en personnel et en qualification effectué dans le cadre des travaux engagés suite à la signature de la convention avec la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie). Cette étude sera par ailleurs un élément de l’actualisation du schéma départemental gérontologique auquel le Coderpa sera associé.

 

La vie rêvée des retraités

La régression relative des Alpes Maritimes

En 2005, le département des Alpes-Maritimes est le département le plus âgé de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur : 28 % des personnes qui y vivent ont 60 ans ou plus ; 12 % ont 75 ans ou plus. En 2020, avec notamment l’arrivée à des âges élevés de la génération du baby-boom, la part de ces personnes devrait augmenter. Selon notre scénario central de projection de population, 31 % des habitants seraient alors âgés de 60 ans ou plus, tandis que 13 % auraient au moins 75 ans. Le poids de la population âgée de 60 à 75 ans évoluerait donc plus sensiblement que celui des plus de 75 ans.

Pourtant, au cours de cette période, les Alpes-Maritimes passeraient du département le plus âgé de Provence-Alpes-Côte d’Azur, au quatrième département le plus âgé parmi les six départements qui composent la région. En effet, le vieillissement y serait moins marqué que dans la plupart des départements : entre 2005 et 2020, le nombre de personnes âgées de 60 ans ou plus augmenterait de 23 % dans les Alpes-Maritimes, contre 32 % dans l’ensemble de la région.

Par ailleurs, d’après nos méthodes d’estimation de la dépendance, la population dépendante après 60 ans ne devrait augmenter que très peu, de l’ordre de 1 %. Cette évolution serait de loin la plus faible de la région : en Provence-Alpes-Côte d’Azur, la population dépendante augmenterait en moyenne de 11 % d’ici 2020.

La part de la population dépendante chez les 60 ans ou plus baisserait très légèrement, passant de 7 % à 6 %. Cette baisse, en partie due au recul de l’âge d’entrée en dépendance, serait liée à un effet pyramide des âges.

Les personnes âgées de 60 ans ou plus représenteraient 31,2 % de la population totale du

département en 2020 (contre 28 % en 2005) ; celles âgées de 75 ans ou plus constitueraient 12,8 % de l’ensemble de la population (contre 12,4 % en 2005). Ainsi, le département des Alpes-Maritimes passerait du département le plus âgé12 de la région en 2005, au quatrième département le plus âgé (cf. tableau ci-dessous).

 

 

Part des plus de 60 ans

2005

 

2020

Alpes Maritimes

28.0

Alpes de Haute Provence

33.8

Var

27.6

Var

33.4

Alpes de Haute Provence

27.2

Hautes Alpes

31.8

Hautes Alpes

24.8

Alpes Maritimes

31.2

Vaucluse

23.2

Vaucluse

28.4

Bouches du Rhône

22.2

Bouches du Rhône

26.5

PACA

24.9

PACA

29.6

Part des plus de 75 ans

 

 

 

Alpes Maritimes

12.4

Alpes Maritimes

12.8

Var

11.0

Var

12.6

Alpes de Haute Provence

10.7

Alpes de Haute Provence

12.5

Hautes Alpes

10.1

Hautes Alpes

11.4

Vaucluse

9.1

Vaucluse

10.5

Bouches du Rhône

8.8

Bouches du Rhône

10.0

PACA

10.2

PACA

11.3

 

Néanmoins, les Alpes-Maritimes restent le département où la proportion de 75 ans ou plus serait la plus élevée. Il serait presque rattrapé par les départements du Var et des Alpes-de-Haute-Provence.



 

Évolution du mode de vie des personnes âgées de 2005 à 2020

Stabilisation du nombre de personnes âgées en institution

Entre 2005 et 2020, selon la méthode d’estimation que nous avons retenue, le nombre de personnes âgées vivant en institution se stabiliserait dans les Alpes-Maritimes, comme sur l’ensemble de la France métropolitaine. La baisse ne s’observerait que dans les tranches d’âge correspondant aux classes creuses de la seconde guerre mondiale. En revanche, le nombre de personnes en institution augmenterait dans toutes les autres tranches d’âge.

Les Alpes-Maritimes se démarqueraient ainsi des autres départements de la région, qui seraient à

l’inverse tous concernés par un accroissement de leur population vivant en institution. En moyenne en Provence-Alpes-Côte d’Azur, le nombre de personnes vivant en institution augmenterait ainsi de plus de 11 % en quinze ans.

 

Davantage de personnes âgées vivant seules chez elles à l’horizon 2020

Alors que la population âgée vivant en institution se stabiliserait, celle vivant à domicile devrait

s’accroître de 24 % entre 2005 et 2020. En 2020, la part des 60 ans ou plus vivant en ménage

ordinaire serait ainsi de 96,2 % (soit 0,8 point de plus qu’en 2005).

Au sein de cette population, le nombre de personnes âgées vivant seules devrait augmenter de

36,3 %. Ainsi, en 2020, sur 10 personnes âgées vivant à domicile, environ quatre seraient seules chez elles. Cette proportion (37,1 %) serait de 3,4 points plus élevée qu’en 2005, date à laquelle une personne âgée d’au moins 60 ans sur trois vivait seule chez elle.

 

La dépendance créatrice de 4 000 emplois

L’évolution de la dépendance dans les années à venir aura des effets directs sur sa prise en charge. Entre 2008 et 2020, compte tenu des orientations politiques en cours, l’emploi induit par la dépendance progresserait d’environ 30 %, ce qui représenterait une hausse d’environ 4 000 emplois liés à la prise en charge des personnes âgées dépendantes.

La création de 1 200 emplois serait nécessaire à domicile, tandis qu’elle serait de l’ordre de 2 800 dans les institutions. L’effort serait particulièrement soutenu concernant le personnel soignant, dont l’effectif devrait augmenter de près de 50 % sur la période.

 

 Un total de 17 400 emplois pour la prise en charge des personnes âgées dépendantes à l’horizon 2020 apparaît nécessaire selon l’étude. Ce calcul résulte du cumul des emplois jugés nécessaires en Institution et au domicile :

Catégories de personnel

2008

2010

2015

2020

Evolution 2008/2020

Personnel médical et paramédical hors infirmiers

440

570

580

580

31.8

Infirmiers

1 660

1 870

2 080

2 180

31.3

Aides soignantes et AMP

2 890

3 780

4 370

4 620

59.9

Total du personnel soignant

4 990

6 220

7 030

7 380

47.9

Personnel éducatif, social, d’animation

160

220

220

250

56.3

Agents de service et d’entretien

2 110

2 550

2 550

2 550

20.9

Aides ménagères, aides à domicile, auxiliaires de vie

4 860

5 030

5 420

5690

17.1

Total du personnel aide de vie quotidienne

7 130

7 800

8 190

8 490

19.1

Personnel administratif et de direction

550

680

720

740

34.5

Services généraux (hors ménage)

670

790

790

790

17.9

Ensemble des personnels

13 340

15 490

16 730

17 400

 

Une très grande dispersion des revenus

 

Des ressources globalement plus élevées dans les Alpes-Maritimes qu’en

France…

Au 1er janvier 2005, les Alpes-Maritimes comptent 173 800 ménages dont le référent fiscal est âgé d’au moins 60 ans.

La moitié d’entre eux, soit 96 900 ménages, disposent d’un revenu (au sens de l’APA18) inférieur à 1 270 euros par mois ; l’autre moitié a un revenu mensuel supérieur à cette somme. En France métropolitaine, le revenu « médian » s’élève à 1 180 euros.

 

… mais plus dispersées

Les ressources des personnes âgées de 60 ans ou plus sont réparties de façon plus inégalitaire dans les Alpes-Maritimes qu’en France. En effet, dans le département, les revenus les plus faibles des 10 % de ménages âgés les plus aisés sont 4,6 fois supérieurs aux revenus les plus élevés des 10 % de ménages âgés les plus modestes. Ce rapport est supérieur d’un point à celui enregistré en France métropolitaine (3,7). Il est aussi le plus important parmi les départements de la région. Avec un rapport de 4,3, les Bouches-du-Rhône sont aussi un département où les écarts de revenus sont très élevés.

Ce sont les revenus du patrimoine qui augmentent le revenu de l’ordre de 7% par rapport à la France métropolitaine. Mais ces 7% sont concentrés sur peu de personnes.

 

En conclusion, cette étude, qui est très intéressante quand au vieillissement des seniors et aux emplois d’accompagnement nécessaire, n’apporte guère au constat sur le revenu.

 

Aussi il faut signaler l’existence de deux autres rapports de l’INSEE qui complèteront ce dossier :

Celui sur le logement en PACA qui donne le reste à vivre des seniors pour les Alpes Maritimes (Cote d’Azur dans l’enquête), après prélèvement du coût du foncier :


http://mullercoderpa06.over-blog.com/article-28698806.html


Celui sur la moyenne des retraites en France : http://focomposte06.over-blog.com/article-29898561.html

 

  Prise de notes, synthèse, Guy Muller

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page